Marikel Lahana

Photographe auteur

La vanité des ecchymoses

2009

La vanité des ecchymoses est une série de portraits, qui affleurent l'enfermement, la taisance et l'état de perte des relations humaines. Les personnes portraiturées apparaissent isolément dans le cadre, mais les images ne sont pas autonomes pour autant : elles dialoguent entre elles au sein d'un agencement sequentiel. La photographie est granuleuse et vibratile. Cette grossièreté de grain donne une image aux portes du trouble, à distance d'un voir précis.

Le corps à lui seul capte l'attention et structure le visible, offrant à notre regard ce que Marguerite Duras nomme "la perfection indélébile de l'accident personnel".

Cette série travaille en son sein la notion de colorimétrie. L'étalonnage a suivi les teintes que l'on peut retrouver dans l'évanouissement d'une ecchymose. De la dégradation de l’hémoglobine résultent de la biliverdine (pigment vert), de la bilirubine (pigment jaune)... Ces dominantes jaunasse, verdasse, magenta... et le traitement de la couleur singulier qui assume les bascules au sein même de l’image participent de cette idée de réparation d’un état de souffrance. Chacune des personnes prises ici en photo sont dans une situation post-traumatique dont ni la légende ni l’image ne révèlent pleinement la nature. Elles sont dans un état de réparation d’une souffrance qui ne saurait se dire.

Loading more...